Du fond de mon coeur – Jane Austen

J’ai été surprise de voir dans mes offices (nouvelles parutions en librairie) ce magnifique livre par sa couverture fleurie de Jane Austen. Cela me rappelle la première fois où j’ai lu Orgueil et préjugés, oeuvre qui a marqué mon parcours de lectrice. Dans ce recueil  Du fond de mon coeur, des lettres ont été regroupées. Jane Austen tenait une correspondance régulière avec trois de ses nombreuses nièces : Anna, Fanny & Caroline. Cassandra, la soeur de Jane Austen, est souvent en arrière plan car elles étaient très proches, inséparables.

img_1788

Deux types de lettres se démarquent, les premières sont des conseils d’écriture que peut donner Jane Austen en tant qu’écrivain bien qu’elle ne soit pas encore célèbre. Ce seront surtout les échanges avec Anna et Caroline qui bénéficieront de ce genre de contenu car les deux écrivent. Il y a également des conseils plus sentimentaux que J.Austen prodigue à Fanny qui a une grande affaire de coeur.

Anna a commencé l’écriture d’un roman qu’elle abandonnera par la suite à la naissance de son premier enfant. Jane Austen est très avenante dans ses conseils et argumente avec soin les changements qu’elle apporterait aux textes qu’on lui envoie. C’est avec un certain recul et de l’expérience qu’elle propose d’enrichir certains extraits de sa nièce ou la félicite en mettant en avant les qualités narratives. Elle n’impose rien :

“ Si toi, tu n’es pas de cet avis, ne prête aucune attention à mon opinion ”.

Jane lisait à voix haute les carnets qu’Anna lui envoyait, sa soeur et sa mère étaient souvent présentes et attentives, donnaient parfois leur avis. Les remarques portent souvent sur la bienséance qui semble primordiale pour la jeune femme. On ne peut s’en dispenser, les personnages doivent refléter la société de leur époque.

[Ce recueil me fait penser aux Lettres à un jeune poète de Rilke.]

Fanny, quant à elle, a une relation privilégiée avec Jane Austen car elle la considère comme une seconde soeur. C’est elle qui héritera de la correspondance de sa tante à la mort de Cassandra. Cette dernière avait raturé ou découpé certains passages des lettres. La mère de Fanny est décédée en couche, c’est pourquoi Jane est en position de confidente. La jeune fille lui confie ses sentiments amoureux et demande de l’aide pour prendre les bonnes décisions. Elle aime John mais Jane pense qu’elle n’est pas réellement amoureuse de lui pourtant elle est favorable à l’union, vante les qualités du jeune homme. Puis sa tante se contredit :

“ Tout est préférable, tout peut être enduré plutôt qu’un mariage sans affection ”.

“ Mais rien ne peut se comparer à la souffrance d’être liée sans amour, si ce n’est de se retrouver liée à une personne et d’en préférer une autre. Ceci est un châtiment que tu ne mérites point ”.

La troisième correspondante, Caroline, n’a que neuf ans mais commence déjà à se passionner pour l’écriture. Elle partage ses oeuvres avec sa tante qui les lit avec attention et bienveillance.

Toutes les lettres évoquent les visites que Jane Austen faisait ou les personnes qu’elle recevait avec sa mère et sa soeur. C’est un peu un journal social où elle y expose ses connaissances et donnent de leurs nouvelles. Rien de transcendant, elle avait un quotidien comme Monsieur Madame tout le monde.

À la fin du regroupement des lettres, on a un portrait qui est fait par les trois jeunes filles bien des années plus tard. Un des neveux de Jane veut faire une biographie “officielle ” de sa tante. Il se tourne alors vers celles qui ont échangé avec elle. Il est intéressant de voir comment elles perçoivent leur tante. On est même surpris de lire la lettre de Fanny qui a une certaine rancoeur car elle n’a pas fait un mariage d’amour mais de convenance, elle regrette de n’avoir pas succombé à ce cher John…

“ À présent ma très chère Fanny, je vais évoquer un sujet qui doit évidemment être abordé. Une de tes remarques m’a effrayée au plus haut point. Ton affection me fait éminemment plaisir mais en aucun cas tu ne dois laisser tes décisions dépendre de mes opinions. Ce sont tes sentiments, et seulement eux, qui doivent te guider pour décider d’une chose si importante ”.

Ce que l’on peut retenir de Jane Austen au travers de ces lettres est qu’elle était une femme attentionnée, dévouée à son écriture qui passait bien avant la lecture et présente pour sa famille. On en apprend davantage sur l’auteur grâce à ces lettres même si ce n’est pas très exhaustif. Cependant, cela fait du bien de se replonger dans cet univers.

À bientôt,

Ana.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s