Nos 14 novembre – Aurélie Sylvestre

Nos 14 novembre est un témoignage bouleversant, cet attentat étant encore bien présent dans nos mémoires puisque nous l’avons tous vécus de près ou de loin. Aurélie a recours aux mots pour faire revivre l’homme qu’elle aime, le père de ses enfants mort au Bataclan. Ils en ont deux, Garry 3 ans et Aurélie attend une petite fille Thelma.

img_1833

Matthieu est mort sous les balles des terroristes. Elle nous fait revivre sa journée et on attend le moment tragique, la tension monte.

“ Toute la beauté du monde n’a pas encore disparu ”.

“ Je vais continuer à vivre ”.

Le récit qu’elle nous partage est celui d’une femme qui a perdu tous ses repères, l’homme de sa vie. Elle va devoir expliquer à  un enfant de trois ans que son père ne reviendra pas. On voit les différentes étapes du deuil se faire doucement. Elle passe de l’arrachement brutal au manque et enfin à l’absence. Tout dans leur appartement fait référence à Matthieu, c’est un vrai musée.

“ Matthieu est mort. Matthieu est mort. ”

“ C’est comme un entre-deux : tant que le jour ne se lève pas, tout cela est irréel. Au matin, je m’alourdirai de mille tonnes, tout basculera ”.

À chaque début de chapitre, on trouve une photographie, instant d’un moment figé. Son écriture est très fluide et il y a de nombreux passages très saisissants.

Aurélie veut laisser une trace de leur rencontre pour que leurs enfants comprennent et sachent d’où ils viennent, tout l’amour qu’il y a eu entre leurs parents. Avant d’être le récit d’un décès, c’est surtout celui d’une rencontre. Ils ont passé treize années ensemble.

Matthieu comme elle, ont vécu les attentats de Charlie Hebdo. L’incompréhension, la peur, l’affliction, étaient les sentiments que tout le monde a ressenti. Matthieu a participé à la marche républicaine et a dit à Aurélie :

“ La seule chose que l’on puisse vraiment faire c’est s’aimer chaque jour plus fort ”.

Le deuil d’Aurélie est également à échelle nationale, tout le monde est touché par le décès de Mathieu. Elle a une analyse juste de ce qu’elle est en train de vivre :

“ Perdre son amour dans un attentat terroriste est un fait social. Il s’agit de Matthieu mais pas seulement. Tout à coup, l’intime rencontre l’Histoire, l’horreur se superpose, les chagrins se multiplient ”.

“ Faire son deuil avec la France entière est à la fois un réconfort et une mutilation, un accompagnement et une dépossession. Mon Matthieu n’est pas celui que je vois dans les journaux ”.

Aurélie, accompagnée de Garry et Thelma, fait son chemin sans se laisser abattre. La rééducation prend du temps mais elle a conscience de la vie qu’elle a porté, de la liberté qu’elle a. Ils sont des combattants pour avancer chaque jour avec l’absence de Matthieu, vivant à travers les mots de la femme qu’il a aimé.

C’est un témoignage très émouvant, il faut prévoir les mouchoirs durant la lecture. On ne lâche pas le livre une fois ouvert. Le lecteur passe de la tension de la future tragédie à la tristesse et enfin à la lente reconstruction de soi, l’espoir…

Bonne lecture,

Ana

Publicités

3 réflexions sur “Nos 14 novembre – Aurélie Sylvestre

      1. C’est sûr, le genre de témoignage qui prend aux tripes mais qui nous fait nous rendre compte de la réalité de ces événements. La distance médiatique refroidie les choses… Je sais pas si je le lirai mais c’est une bonne idée de lecture en tout cas 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s